A Noël, restons solidaires

le

Si, en cette fin d’année on s’accorde sur une envie de se faire plaisir, de gâter nos proches et de se retrouver en très petit comité, dans la chaleur de nos cocons familiaux, il ne faudrait pas oublier que d’autres restent dans des situations difficiles, ou dans la rue. Pendant la pandémie, la misère continue et cette période nous invite aussi au partage et à la solidarité.

2020 aura été une année atypique à tous points de vue, et un raz-de-marée pour les associations engagées en France auprès des plus démunis. Jusqu’ici, on estimait que chaque année, entre 4 et 5 millions de personnes bénéficiaient d’une aide alimentaire, en France. Ce chiffre est à comparer avec celui des Français qui vivent sous le seuil de pauvreté (estimé à environ 1000 €/mois pour une personne seule) : plus de 9 millions de personnes. On l’a constaté dès le début, la crise sanitaire s’est doublée d’une crise économique, et par conséquent sociale. Si elle a touché les sans-abris, pour lesquels l’accès aux aides et accompagnements a été encore plus difficile, elle a aussi précipité dans la précarité des travailleurs et des familles qui peinaient déjà : travailleurs à temps partiel, intérimaires, salariés au chômage partiel, étudiants en rupture de job d’appoint, familles monoparentales…

La pauvreté en croissance
Durant le premier confinement, le Secours populaire a estimé à 1,3 millions le nombre de personnes qui lui ont demandé une aide. Parmi elles, 45% n’avaient jamais sollicité l’association auparavant. Selon le Secours catholique, près d’un million de Français supplémentaire aurait basculé dans la pauvreté cette année. Quant aux départements, qui gèrent le Revenu de solidarité active (RSA), ils ont vu le nombre de bénéficiaires augmenter de 10% entre août 2019 et août 2020.

Les associations protestantes investies auprès des plus fragiles n’ont pas été en reste. Et elles considèrent, comme les autres, qu’elles sont engagées dans une course de fond : le marathon de la lutte contre la pauvreté et la précarité ne va pas s’arrêter de sitôt et les demandes vont croître en 2021…et sans doute au-delà. Je suis heureuse d’avoir pu recevoir trois d’entre elles mardi 22 décembre dans Les Temps modernes : l’Armée du Salut, la Fédération de l’Entraide protestante et l’ONG SEL, qui agit à l’international.
L’Armée du Salut a lancé il y a quelques jours une campagne photo choc pour alerter sur le sort encore plus cruel des sans-abris en France. Comment réconcilier les valeurs de notre République avec le soin aux plus faibles ? Et si la FEP (qui fédère 360 associations dans toute la France) reconnaît que la récente collecte de la Banque alimentaire a été cette année un succès, elle craint toutefois devoir maintenir cet effort au long cours, sans en avoir les moyens suffisants – ni financiers, ni humains. Quant au SEL, il déplore que certains projets de développement aient dû momentanément s’arrêter du fait des impossibilités liées au contexte, de même que les activités collectives d’accueil d’enfants. Il faut désormais apprendre à accompagner autrement, se réinventer, être agile – tout comme les entreprises qui ont dû s’adapter aux contraintes découlant du Covid. Les associations ont besoin de nous !

La générosité toujours présente
Dans ce contexte qui pourrait pousser à l’individualisme, on constate pourtant que des actions de proximité se sont spontanément mises en place, et que ceux qui étaient interdits de travail se sont mis au service des associations qui en avaient besoin. Ainsi, l’Armée du Salut, privée d’une partie de ses bénévoles que leur âge empêchait de se mettre au contact du public, a vu ses rangs s’étoffer de jeunes qui sont venus se proposer. Des entreprises dont l’activité était suspendue ont offert de prêter des moyens (locaux, matériel, camions…), des restaurateurs ont fait don des denrées qui pouvaient être distribuées…
Les dons en nature récoltés par la Banque alimentaire ont augmenté d’environ 20% cette année, par rapport aux précédentes. Quant aux dons pécuniers, ils ont progressé de 22% au premier semestre 2020, selon le baromètre de France Générosités (qui regroupe une quarantaine d’associations). Mais si ces initiatives ont été exceptionnelles du fait de l’urgence de la crise, elles vont devoir se prolonger dans le temps, à mesure que la crise se chronicise. Saurons-nous faire face ?

Comment aider ?
On pense d’abord, bien évidemment, au don. Toutes les associations citées sont habilités à en recevoir, et vous délivreront un reçu fiscal (voir les liens en fin d’article). Celles qui viennent en aide aux personnes en difficulté ont vu le plafond fiscal porté à 75%. En clair : lorsqu’on donne 100€ à ces associations, 75 € sont déductibles de l’impôt sur le revenu.
On peut aussi s’engager comme bénévole, même un tout petit peu. Si vous travaillez et que vous pensez que le bénévolat n’est pas pour vous, vous vous trompez ! Même pour quelques heures, même pour un seul projet limité dans le temps, et même en télétravail, il y a sûrement une forme de bénévolat qui s’accordera à vos possibilités. Le parrainage est également une manière de soutenir au long cours, en ayant des échanges autres que financiers. Le SEL, par exemple, offre de nombreuses occasions d’échanges avec les enfants et les communautés parrainées. C’est un engagement qui peut devenir familial.

Et encore plus simplement, un regard, un échange, un sourire sont autant de manière de manifester notre solidarité à ceux que la rue a rendus invisibles. Ces attentions-là restaurent aussi leur humanité. Voir le Christ dans l’autre, surtout quand il nous apparaît dans le plus grand dénuement, n’est-ce pas, au final, le vrai message de Noël ?

De gauche à droite : David Alonso du SEL, Samuel Coppens de l’Armée du Salut, Jean Fontanieu de la FEP et votre servante.

Ré-écoutez nos invités dans l’émission des Temps modernes sur Fréquence protestante (un grand merci à eux pour leur partage et leur mobilisation).

Pour aller plus loin…
– Armée du Salut : https://www.armeedusalut.fr/
– Fédération de l’Entraide protestante : https://fep.asso.fr/
– SEL, association protestante de solidarité internationale : https://www.selfrance.org/

Pssst… Votre radio préférée est aussi une association. Elle est financée principalement par des dons. Si vous souhaitez continuer à entendre et partager une parole libre et différente, dans une approche ouverte et professionnelle, donnez ! (le lien est ici)

Très bon Noël à tous, dans la prudence et la joie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s